Retour aux expositions
Lectures savantes

Au-delà de ces techniques partagées par le monde savant, certains lettrés mettent en œuvre un répertoire très personnel de manières d'annoter, reflet d'une lecture à plusieurs entrées. Leurs marges se transforment en une véritable table de travail où le texte imprimé s'amende et s'enrichit.


Suétone, De XII Caesaribus libri VIII, [Paris], 1595


Le lecteur utilise les marges pour relever les étapes principales de l'ascension de César, proposer des variantes du texte, préciser la chronologie.
Il appuie ses calculs sur un tableau de concordance qui combine l'année d'élection au consulat, l'année d'exercice dans le calendrier romain et l'équivalence dans le calendrier chrétien.
Secondairement, il fait référence à d'autres historiens de l'Antiquité, comme Pline ou César, qui lui servent à compléter ou à corriger en certains points le récit de Suétone.


La correction et le commentaire des textes classiques est une pratique courante des lettrés de la Renaissance. Cette Vie des douze Césars de Suétone a servi de support au travail d'un certain Simon, qui signe quelques marginalia, comme au milieu de la page 5.


The new testament [Londres, Thomas Gybson ?], 1538

Ici, le lecteur commente minutieusement le texte de l'évangile selon saint Matthieu. Certaines annotations confinent à la paraphrase (1, 2), quand d'autres éclaircissent la symbolique biblique (4). On y trouve des réflexions religieuses (5) et politiques (6), ainsi que des références aux événements contemporains (3). Dans la même Bible de 1538, le lecteur a reporté le numéro des chapitres en tête de colonne pour pouvoir circuler plus aisément dans l'ouvrage. Il relève les formes de discours présentes dans l'évangile de Matthieu en utilisant un système de symboles dont il place le « mode d'emploi » en tête de l'ouvrage. Les marques semi-circulaires (C) renvoient aux mots propres de l'évangéliste, les marques circulaires (O) aux paroles qu'il rapporte. Les premiers mots des interventions verbales sont soulignés, ce qui renforce visuellement l'alternance des modes de discours. Des numéros glissés dans la marge renvoient aux commentaires portés en regard du texte.


Transcription :

1 The gentiles do confess christ to be god ; king of the Jewes & theyre lorde
2 yerthly princis are grevid when the heare of christis birth
3 prenely so do the kynges yt are callyd defendors of ye fayth at this rom
4 Golde for a kyng, franckynsene for a prest, mirre for a man
5 let prinsis devise what they wyll, agaynst goddis elect, yet / wyll the lorde saves his chosen […]
10 in the chang of prinsis, seldome denith a better.
Traduction :

1 Les Gentils reconnaissent le Christ comme Dieu, roi des Juifs et leur Seigneur.
2 Les princes de ce monde sont ennuyés d'apprendre la naissance du Christ.
3 De même font les rois qui sont appelés, à Rome, défenseurs de la foi.
4 De l'or pour un roi, de l'encens pour un prêtre, de la myrrhe pour un homme.
5 Laissez les princes faire ce qu'ils veulent contre l'élu de Dieu, car le Seigneur sauvera ceux qu'il a choisis […]
10 A changer de prince, on en gagne rarement un meilleur.