Retour aux expositions
Des marginalia

John Smybert, Dean Berkely and His Entourage, vers 1729

L'étude des annotations met d'abord en évidence les fonctions assignées aux différents espaces du livre : les pages de garde en début et en fin de volume, la page de titre, les marges qui encadrent le texte, l'espace laissé entre les lignes n'accueillent pas les mêmes types d'écritures. Des « communautés de lecteurs » se dégagent ensuite dans la manière d'utiliser ces espaces : lecteurs scolaires, aux annotations joueuses et pratiques ; lecteurs savants, qui transforment l'ouvrage en instrument de travail ; lecteurs partisans, qui croisent le fer avec l'auteur dans les marges du livre. Autant de catégories qui ne sont pas figées, car l'on peut être un lecteur « scolaire » bien au-delà du temps de ses études. Les marginalia invitent également à s'interroger sur la façon dont la personnalité du lecteur peut se construire et s'exprimer dans un espace aussi contraint. Les annotations témoignent enfin d'un imaginaire de l'auteur auquel le lecteur se réfère tacitement lorsqu'il prend la plume pour se confronter au texte et donner lui-même à lire. Histoire de la lecture, histoire de la vie privée, histoire de l'auteur, sont les trois champs que l'exposition se propose d'éclairer.