Retour aux expositions
D'un livre l'autre

Les annotations font du livre un exemplaire unique, soumis aux intérêts intellectuels et aux impératifs de travail de son utilisateur, manifestant « le pouvoir du lecteur sur l'écrit d'un autre » (Christian Jacob).

Elles l'intègrent en premier lieu dans une bibliothèque matérielle et mentale dont il porte la trace, qu'il s'agisse de renvois marginaux, de références bibliographiques ou de notes d'autres lectures conservées sur ses pages de garde.


Henri Cullens, Thesaurus locorum communium de quo nova et vetera proferuntur..., Anvers, 1622

Sur le Thesaurus locorum communium, répertoire à destination des prédicateurs, le lecteur a complété le texte de trente-sept nouvelles rubriques, comme ici ira (colère), intercessio, indivia (envie). Ses annotations éclairent la composition de sa bibliothèque de travail, formée de la Bible, des Pères de l'Eglise et des auteurs de l'Antiquité. L'ouvrage le plus utilisé est le traité De pastorali cura de saint Grégoire (146 occurrences !), consciencieusement lu et réparti entre les rubriques.