Retour aux expositions
Lectures partisanes

A partir du XVIIIe siècle, les marges se remplissent d'annotations au ton différent, plus personnel, plus librement critique à l'égard du texte. Un lecteur de la fin du siècle porte ainsi de virulentes annotations au De Antiquitate Britannicae ecclesiae de Matthew Parker. S'adressant à son propre lecteur (« optime lector »), le scripteur lie ses notes à la lecture de l'ouvrage. Le lecteur est devenu le rival de l'auteur.


[Matthew Parker] De Antiquitate Britannicae Ecclesiae, Hanovre, 1605

Dans la seconde moitié du XVIe siècle, la réforme religieuse d'Elisabeth Ière et sa rupture avec Rome se sont appuyées sur une réécriture de l'histoire. L'auteur de cette histoire de l'Eglise britannique minimise l'importance de la mission d'évangélisation de saint Augustin, envoyé de Rome, et préfère décrire une conversion « indigène ». Le lecteur s'offusque de ce traitement. L'énergie de la ponctuation et la précision des citations montrent l'intensité du débat historiographique, près de deux siècles après la parution de l'ouvrage.


Transcription :

[…] Lib. 7 Epistola 30 ad / Eulogium Patriar. Alexand. Gens Anglorum in cultu lignorum ac lapidum nunc usque / remaneret &c. &c. Leg. Epist. ad Augustinum quam secitat Beda L. 1 C. 29.
Fidem non est ad/hibendam his omnibus / conjecturis, sed potui / hos legendum est nobis / testimonia tum protestantum tum monachorum / pene coetanorum - tunc / dejudicari fas est.

Non sic concludere debemus, optime lector, sed atendendum est / ad litteras ipsius Gregorii Papas ad / Reginam -
x A vicinis sacerdotibus adjuvari eos (Anglos) non potuisse !! Ait auctor iste. […]
Traduction :

[…] Livre 7, Lettre 30 à Eulogos, patriarche d'Alexandrie : « le peuple anglais demeure jusqu'à aujourd'hui dans le culte des bois et des pierres, etc. etc. ». Lire l'épître à Augustin citée par Bède, livre I chap. 29.
Il ne faut pas prêter foi à toutes ces conjectures, mais plutôt lire les témoignages des protestants ainsi que des moines qui vivaient autour de cette époque, qui ont alors le droit d'en juger.

Nous ne devons pas conclure ainsi, excellent lecteur : il faut être attentif à la lettre du pape Grégoire lui-même à la reine [Brunigilda].
* Ils (les Anglais) n'ont pas pu être aidés par les prêtres voisins !! dit cet auteur […]