Retour aux expositions
Lectures partisanes

Tout en perpétuant des traditions pédagogiques et intellectuelles, les marginalia constituent des espaces de liberté où s'expriment les réactions d'humeur et le sens critique du lecteur.

L'expression de cette critique n'est pas uniforme tout au long de la période. Elle obéit aux codes graphiques de son époque, même si c'est pour s'en jouer. Au milieu du XVIIe siècle, le développement de la presse périodique et le rôle joué par les pamphlets dans les conflits politiques et religieux offrent aux lecteurs de nouveaux modèles d'expression. De nombreuses annotations sont portées sur les ouvrages relatifs aux polémiques jésuitiques et jansénistes françaises, ainsi que sur les opuscules politiques et religieux venus d'Angleterre. Elles mettent en lumière la manière dont le lecteur coule sa critique dans des formes typographiques familières - titres, devises, index - en les détournant de leur sens.


L'ouvrage s'inscrit dans une violente bataille d'opuscules entre protestants et catholiques. Dans cet index, le lecteur relève un certain nombre d'arguments développés par l'auteur en faveur des catholiques.


Roger Palmer, A reply to the Answer of the catholique apology, s. l., 1668

Josua 6.22. Rahabs assistance. [page] 18 : L'auteur compare les catholiques entrés dans les troupes royales anglaises, à la prostituée Rahab qui cache les émissaires de Josué lors de la prise de Jéricho.

Mr White : sonne of Da. [page] 62 : Thomas Albius, qualifié de « son of Darkness » dans le texte, est un auteur catholique condamné par Rome et pourtant utilisé par les protestants contre les catholiques, ce que Palmer retient comme preuve de leur mauvais foi.

ye blowing up ye Thames. [page] 64 : L'auteur dénonce la rumeur accusant les catholiques d'avoir comploté pour noyer Londres sous les eaux de la Tamise.

[page] 69. 14 at one time Papists executed. in Q E R vid. Stow : Citation de l'ancien chroniqueur John Stow rapportant la mort violente de quatorze catholiques condamnés pour leur foi.

L'index est suivi d'un mémento sur les empêchements canoniques du mariage.