Retour aux expositions
Soutien à l'Irlande en crise

Pour l'Irlande

L'effort diocésain de Paris rassemblait plusieurs membres du clergé, dont le supérieur du Collège des Irlandais, ainsi que « les noms les plus illustres de la noblesse française » tels la princesse Amédée de Broglie, la duchesse d'Estissac, et la maréchale de Mac-Mahon. Une fête de charité fut organisée ainsi qu'un sermon public pour plaider la cause du peuple irlandais. Il fut prononcé le 18 avril 1880 en l'Eglise de la Madeleine par le dominicain Jacques-Marie-Louis Monsabré, célèbre prédicateur de Notre-Dame de Paris. Dans son allocution il évoqua la tradition de charité mutuelle entre la France et l'Irlande. Il rappela que la France « était ouverte et offrait aux proscrits irlandais une généreuse hospitalité », leur permettant de « fonder, près de nos établissements d'éducation, des séminaires et des collèges ». Il conclut : « Je prie, je conjure ceux qui m'écoutent de mettre tout leur cœur dans l'acte de charité que je leur demande. »


Portrait de Jacques-Marie-Louis Monsabré

Ce discours porta ses fruits : selon le rapport de Mac Namara, la quête qui s'ensuivit procura plus de 25 000 francs, soit plus d'un millier de livres. L'exemple de la capitale fut suivi par des souscriptions nationales et d'autres évêques de France sollicitèrent à leur tour la solidarité de leurs fidèles. Une somme de 600 000 francs fut envoyée par le comité de soutien de Paris aux évêques d'Irlande. Le quotidien catholique L'Univers, quant à lui, réunit 100 000 francs grâce à un appel aux dons.