Retour aux expositions
Manuel du vrai sage

Martin-Pierre Crussaire, Manuel du vrai sage ou recherches sur le bonheur de l’homme et sur ses devoirs

Cet ouvrage est écrit dans un style simple et accessible (malgré la formation juridique de son auteur). Il comprend des débats sur la nature du bonheur, le devoir de l’homme et un mélange intéressant de penseurs allant de Rousseau à Saint Augustin.
Toutefois, bien qu'ayant commencé en empruntant aux Lumières, Crussaire s’oriente bientôt vers les penseurs religieux et au fil du livre, le texte prend des accents de plus en plus religieux, tant sur le fond que sur la forme. Crussaire donne l’image d’un homme déchiré entre l’héritage des Lumières et la résurgence de la dévotion religieuse dans le sillage de la Révolution.
Ses vues sur le bonheur de l’homme n’ont rien d’étonnant, vu son inspiration. Divers obstacles se dressent entre l’homme et le bonheur, au premier rang desquels l’avarice ; Crussaire attire l’attention sur le fait que l’homme, une fois qu'il possède des biens, en retire moins de plaisir que leur protection ne lui cause de soucis. Il fait remarquer que l’homme peut être gouverné par ses désirs et que la raison et la passion sont en constant désaccord.
L’élément « romantique » est très présent dans cet ouvrage, dont le troisième chapitre indique un détachement vis-à-vis de l’usage de la raison : « Le bonheur de l’homme ne peut pas être le fruit de sa raison ».